...cette belle absente. 

Depuis que je suis élue, pas une seule fois la commission communication n'a été convoquée.

Je constate pourtant qu'en matière de communication il y a du travail à faire encore dans notre jolie ville.

Pourquoi je vous parle aujourd'hui de communication? Ou plutôt pourquoi j'y attache autant d'importance?

comme disait mon prof de philo en Terminale, commençons par définirles termes du sujet...Voyons ce que nous dit le Robert dans sa première définition. La communication c'est "le fait de communiquer d'établir une relation avec (qqun,qqch)."(C'est moi qui souligne.)

Voilà pourquoi je crois que la communication est essentielle dans la vie en générale et donc forcément dans la vie municipale. La communication permet de créer du lien, c'est le moyen que nous avons d'atteindre l'autre et de pouvoir établir un dialogue, un débat si important pour la vie démocratique.

Véronique Traverso dans l'introduction à L'Analyse des conversations (Nathan, 1999) écrit la chose suivante :

"Par rapport au schéma de la communication , la notion d'interaction constitue donc, plutôt qu'un rejet, un élargissement de la perspective. Elle modifie aussi, bien que ce ne pas là son principal souci, la représentation de ce qu'est une "communication réussie" : ce n'est plus celle à l'issue de laquelle s'obtiendrait une équivalence entre l'intention et l'effet, mais celle au cours de laquelle les partenaires parviennent à établir, tout au long des échanges, les accords incessants et multiples sur ce qu'ils font et ce qu'ils sont."(c'est encore moi qui souligne)

Il s'agit d'un ouvrage de linguistique mais pourtant ce qui est écrit là est je trouve essentiel pour comprendre ce qu'est une relation sincère entre deux individus qui reconnaissent l'humanité de l'autre et par conséquent la respectent. A mon sens c'est cela un réel échange. Tout le contraire de ce que j'ai l'impression de vivre la plupart de mon temps en tant que conseillère municipale et en particulier lors des  conseils, où il faut le dire, j'ai souvent le sentiment d'être ignorée dans ce que notre groupe fait, notre groupe est, par le maire.

Quand le maire décide de ne pas nous donner toutes les informations nécessaires à la compréhension d'un dossier par exemple, j'ai l'impression qu'il refuse d'établir une quelconque relation entre lui et nous. Et surtout cela a pour résultat d'empêcher qu'un réel débat puisse avoir lieu. Parfois je me demande ce qu'il ressent pour avancer à ce point masqué, caché, en nous faisant des grandes annonces de dernière minute pour que nous n'ayons pas le temps de lui répondre. Nous craint-il? (Mais non je crois surtout qu'il nous méprise, que nous sommes pour lui une portion négligeable.) A-t-il peur de la parole, du débat?

La communication ça n'est pas un détail c'est le liant nécessaire pour bien vivre ensemble, c'est ce qui  nous permet de tisser des liens durables. Derrière cette notion se cache une façon de voir le monde et de concevoir les rapports humains.

Notre commune peut-elle donc se targuer d'avoir un fonctionnement démocratique alors que ses élus dans leur totalité, n'ont pas accès aux informations nécessaires pour pouvoir se forger une réelle opinion et débattre? Peut-on parler de démocratie là où la liberté d'expression n'est que tolére dans un cadre ultra restreint? Où la parole, les propos divergents, sont toujours traités avec mépris?

Moi j'ai ma réponse. Et vous?